Acte éducatif et territoire

Accueil / Association / Acte éducatif et territoire

Acte éducatif et territoire

Invité, en 2015, à accueillir les participants aux Rencontres Annuelles de Savoie Mont-Blanc Juniors, association à laquelle adhérent Les Florimontains, Jean-Pierre Paquet, alors secrétaire général, a prononcé le discours inaugural dont le contenu décline des problématiques toujours d’une brûlante actualité.

 

Le Conseil d' Administration a placé ces septièmes rencontres annuelles sous le signe de l'acte éducatif et de son impact sur les territoires.

Chacun mesure la pertinence de ces questionnements, au regard des inquiétudes qui pèsent sur l’existence de nos structures et, in fine, de notre action. Sans structures point de centres vacances, point de centres de loisirs, point de classes de découvertes. Sans structures, pas d'apprentissage de la vie collective, pas de transmission de valeurs, pas d'espaces où les jeunes apprennent à grandir.

Or, Mesdames et Messieurs, le contexte général nous renvoie de nous-mêmes une image brouillée, une image chargée de malentendus, une image tronquée, bref, une caricature.

Ce contexte, dans ses grandes lignes, se caractérise par :

  • La chute du taux de départ des jeunes en colonie de vacances (15% en 1995 ; 7,5% en 2013) ;
  • Une concurrence des acteurs à but lucratif qui exercent une pression redoutable sur le secteur de l'éducation populaire ;
  • Des séjours de plus en spécialisés, au tarif de plus en plus élevé, qui captent une clientèle aisée ;
  • Une image dégradée des colonies de vacances. Image fabriquée par les faiseurs d'opinion, qui effraie les familles.

La cessation d'activités vient trop souvent conclure une partie devenue insupportable.

Le ministère a pris la mesure des difficultés. La campagne « Les colos, c'est bon pour grandir » est porteuse d'espoirs. Cet aphorisme résume l'un des enjeux majeurs des colonies (centres) de vacances : permettre à chaque jeune d'appréhender, au contact d'autres jeunes, le degré d'autonomie dont il a besoin pour se construire et découvrir ainsi les espaces de liberté et de citoyenneté auxquels il aspire. C'est dire que la démarche qui conduit un jeune vers un centre de vacances n'est pas une démarche banale, mue par les seuls ressorts économiques. Elle identifie une volonté des familles de rechercher les structures porteuses de valeurs, porteuses d'ouvertures éducatives, qui soient en capacité de donner aux enfants les moyens de leur développement.

 

C'est donc bien d'abord la question du sens qui émerge et qui valorise les produits proposés aux jeunes. Et c'est encore en cohérence avec cette conception de l'action que nous plaçons l'homme au centre de notre démarche éducative et citoyenne. 

Nous disposons dans nos départements savoyards d'un terrain de jeu à la mesure de nos ambitions éducatives. Faire découvrir la montagne à nos jeunes, la leur faire aimer, consacre, en effet, l'acte éducatif dans sa plénitude.

J'aime ce propos, je cite : « cherchez le rêve qui est dans vos forces et alors bâtissez votre vie à sa mesure » (1). Quel programme et quelle quête à poursuivre sur les chemins escarpés de nos montagnes, chercher les forces de la générosité, du goût de l'effort, de l'obstination et en faire le levier d'une vie !

 

Qui parmi nous, ne s'est plu à photographier une pelouse alpine ? La variété des fleurs qui s'y côtoient contribue à sa beauté même. Voici qu'apparaît alors la silhouette de la diversité. Elle forge les fondamentaux du vivre ensemble, de la citoyenneté, du respect de l'autre.

Nos centres de vacances ne manqueraient donc pas d'atouts, pour autant que leur rôle et les missions d'intérêt général qu'ils assument, de fait, soient pleinement reconnues, encouragées et soutenues. J'évoque, en disant cela, les bourrasques normatives qui altèrent trop souvent une sereine gestion de nos structures.

Ce rôle, ces missions, visent à apporter des réponses pertinentes aux besoins de l’enfant. Avons-nous atteint cet objectif ? Nos séjours sont-ils l'outil qui favorise l'apprentissage du vivre ensemble et de la citoyenneté ? Les territoires sont-ils en capacité de fonder leurs orientations politiques sur cette richesse éducative ?

Mesdames, Messieurs, telles sont les questions qui mobiliseront notre réflexion, ce matin. Je souhaite qu’elle soit féconde et participe de l'épanouissement nos activités. 

Jean-Pierre Paquet

(1) Conseil prodigué par Bernard Ferrand.

Contactez-nous

Pour toutes vos demandes de renseignements ou de réservations

LES FLORIMONTAINS

.

Ensemble, les vacances à la montagne

sont encore plus belles !

.